Hommage à Laurent Mermet

Laurent MERMET est décédé le 16 Juin 2019 à l’âge de 64 ans… et avec lui disparaît l’un des analystes les plus pertinents des stratégies de gestion des systèmes naturels, et plus particulièrement l’un des plus éminents défenseurs des zones humides.

Celles et ceux qui ont participé au colloque organisé par la Coordination les 4 et 5 Octobre 2008 sur le thème « Le Marais Poitevin, un espace à réinventer ? » ont sans doute encore en mémoire ses analyses claires et ses propositions souvent novatrices. Laurent fut aussi un compagnon de route de la première équipe du Parc Naturel Régional, qu’il avait approchée dans le cadre de sa thèse de doctorat, dont une analyse très fine du Schéma d’Aménagement des Marais de l’Ouest était un élément majeur.

Son itinéraire professionnel est exemplaire : titulaire d’une double formation en écologie (diplômé de l’Ecole Normale Supérieure) et en gestion de l’environnement (doctorat à l’Université de Paris IX-Dauphine) il a toujours eu la préoccupation de comprendre les difficultés auxquelles se heurte la gestion des ressources naturelles tout en maintenant un lien étroit entre recherche et action.

Dans un premier temps il a collaboré à différents organismes et bureaux d’étude, BRGM (Bureau de Recherches Géologiques et Minières), SCORE, IIASA (International Institute for Applied Systems Analysis) avant de créer son propre bureau d’étude, AscA (Application des Sciences de l’Action). Il va alors intervenir sur les dossiers de barrages projetés dans le sud-ouest, dont la justification technico-économique est pour le moins discutable ; puis il réalise la première évaluation de la politique des zones humides en France, qui sera une étape dans la politique environnementale du pays, avant de s’intéresser au dossier de la disparition de l’ours dans les Pyrénées.
Après avoir obtenu son habilitation à diriger des recherches en sciences de gestion il est recruté comme professeur par l’ENGREF (Ecole Nationale du Génie Rural, des Eaux et des Forêts) où il crée un groupe RGTE (recherche en gestion sur les territoires et l’environnement) en liaison avec le CIRED (centre international de recherche sur l’environnement et le développement).
En 2007, à la création d’AgroParisTech, il prend la présidence du Département de Sciences Economiques, Sociales et de Gestion, où il crée un mastère spécialisé en Politiques publiques et Stratégies de l’environnement. C’est là qu’il va élaborer les fondements théoriques de l’analyse stratégique de la gestion environnementale (ASGE) qui va marquer toute une génération de chercheurs et d’acteurs de l’environnement.
Il a également été chercheur au CERSES (Centre de recherche sens, éthique et société), puis au CESCO (Centre d’Ecologie et des Sciences de la Conservation). Il a par ailleurs été membre de plusieurs Conseils scientifiques, notamment à l’IDDRI (Institut du Développement Durable et des Relations Internationales), au Conservatoire du Littoral et à la Tour du Valat.
Au titre de ses différentes responsabilités il a collaboré et entretenu de riches échanges avec des chercheurs à l’international, en particulier des Universités d’Oxford, Cambridge et Stanford.

La simple lecture de ce « parcours » exceptionnel suffit à illustrer, au-delà de l’éclectisme et de la polyvalence de Laurent, son souci constant de partager et de transmettre ses connaissances et ses questionnements.
Il a ainsi marqué profondément l’approche de l’environnement et de sa protection en France.

Voir en ligne : Hommage à Laurent Mermet – IDDRI.org

Publié dans Actualité | Commentaires fermés sur Hommage à Laurent Mermet

Basse-Ban-Oregon : un café citoyens à la ferme

Le CIVAM Marais Mouillé organise un café citoyen à la ferme le Mardi 9 Juillet prochain, à 20h30.
Rendez-vous sur le Chemin de Basse-ban, 79210 Saint Georges de Rex.

Au programme :

  • Visite de la ferme de Basse-Ban : des céréales et un élevage de brebis plein air, avec Mathieu et Patrice Baudouin,
  • et rencontre avec des étudiants et enseignant en environnement de l’Oregon.

Voir en ligne : Facebook CIVAM Marais mouillé

Publié dans Actualité | Commentaires fermés sur Basse-Ban-Oregon : un café citoyens à la ferme

Bulletin de situation hydrologique des secteurs Poitou-Charentes et Marais poitevin : mois de mai est en ligne

Le bulletin réalisé par l’Agence Régionale de la Biodiversité Nouvelle-Aquitaine (ARB NA) présente la situation globale de la ressource en eau et des prises d’arrêtés de restrictions sur un mois, en décrivant : la situation pluviométrique, hydrologique (débit des cours d’eau, écoulement des rivières et respect des objectifs …), piézométrique (niveau des nappes), et les franchissements de seuils de restriction qui engendrent des prises d’arrêtés de restriction des usages de l’eau.

Voir en ligne : Bulletins mensuels de situation hydrologique (BSH)

Publié dans Actualité | Commentaires fermés sur Bulletin de situation hydrologique des secteurs Poitou-Charentes et Marais poitevin : mois de mai est en ligne

CLE SNMP : réunion publique du lundi 27 mai

Réunion CLE SNMP
RDV le lundi 27 mai 2019 à 9h30
Ancienne salle de conférence du conseil général – rue duguesclin – entrée accueil préfecture à Niort.

Ordre du jour

  1. Projet e compte-rendu de la CLE du 3 avril 2019
  2. Avenant au Contrat régional bassin versant (CRBV) du SAGE Sèvre niortaise Marais poitevin
  3. Bilan annuel d’activités 2018
  4. Projet de Contrat territorial de gestion quantitative (CTGC) bassin de la Sèvre niortais de sa source à la confluence avec le Mignon (sous réserve)
  5. Points divers

Voir en ligne : CR CLE du 3 avril 2019

Publié dans Actualité | Commentaires fermés sur CLE SNMP : réunion publique du lundi 27 mai

Réaction de la Coordination aux déclarations du collectif « Bassines Non Merci »

Ayant pris connaissance des déclarations du collectif « Bassines Non Merci » publiées dans le Courrier de l’Ouest du 16 mai, la Coordination pour la défense du Marais poitevin condamne les propos tenus à l’encontre de son vice-président François-Marie Pellerin.

Les compétences de ce dernier et plus encore la clarté de ses engagements au service de la défense de l’eau et des milieux aquatiques sont largement reconnues, que ce soit au sein du mouvement France Nature Environnement ou dans toutes les instances auxquelles il participe.
La prétention de tel ou tel « porte-parole » du collectif de vouloir lui dicter sa conduite est et restera parfaitement vaine.

La complexité du sujet de l’eau et de sa gestion, a fortiori dans un territoire lui-même aussi complexe que le Marais poitevin, appelle à ne pas s’enfermer dans un simplisme caricatural, fondé sur un mode de raisonnement excessivement binaire. Les prises de position auxquelles aboutissent les conseils d’administration de nos associations reposent sur des analyses documentées, laissant place à des nuances et différences d’opinions. Faudrait-il que cette diversité s’efface devant un unanimisme forcé qui devrait s’imposer à tous pour satisfaire à l’injonction de quelques-uns ?

La Coordination pour la défense du Marais poitevin est engagée depuis près de 30 ans sur le marais et sur son bassin versant. Elle a toujours prôné le débat et participé aux discussions, toujours sur la base d’argumentaires très étayés, sans craindre d’aller au conflit quand cela s’avère nécessaire, et toujours dans le respect des personnes. Elle entend bien continuer avec la même détermination et le même engagement.

Publié dans Actualité | Commentaires fermés sur Réaction de la Coordination aux déclarations du collectif « Bassines Non Merci »

Annulation par le tribunal administratif de Poitiers de l’AUP sur le bassin versant du Marais poitevin : note DSNE/CDMP

La presse a fait état de l’annulation par le tribunal administratif de « deux arrêtés réglementant l’irrigation sur les bassins du Marais poitevin et de la Charente » : Quel est le contexte ? Que penser de ces décisions du tribunal administratif ? Quel impact sur le protocole « Pour une agriculture durable … » dans le bassin de la Sèvre niortaise et du Mignon ?

Le cœur du sujet : les volumes autorisés pour l’irrigation et leur mode de gestion

Deux points clés à retenir :

  1. Dans nos régions où la surexploitation estivale de la ressource en eau est reconnue , l’engagement dans une démarche d’évaluation du déficit constaté est le préalable à la délivrance des autorisations de prélèvement, qui doivent être compatibles avec l’objectif de restauration de l’équilibre.
  2. Les volumes maximum autorisés pour l’irrigation sont déterminés après étude par la commission locale de l’eau, puis fixés par arrêté préfectoral. Les autorisations de prélèvement ne sont plus individuelles mais collectives : elles sont délivrées au sein du périmètre attribué à un « organisme unique de gestion collective » (OUGC), lequel doit obtenir de l’État une « autorisation unique de prélèvement » (AUP). Il revient ensuite à l’OUGC d’élaborer chaque année son plan de répartition entre usagers des volumes qui lui sont attribués, puis de faire homologuer ce plan par le ou les préfets territorialement concernés.

Qu’apporte ce système d’autorisation unique (AUP) ?

  • Le plus : la gestion collective est une avancée notable, revendiquée par notre mouvement associatif. En guise de preuve de ce progrès, notons que malgré son inscription dès 2006 dans la loi sur l’eau et les milieux aquatiques, elle ne s’est mise en place que très tard (2013 en Poitou-Charentes), retardée par le lobbying APCA/FNSEA.
  • Des progrès attendus : la gouvernance au sein des OUGC doit être mieux équilibrée en faveur des représentants des usages dits « non-économiques », à l’instar de ce que la loi prévoit pour les autres structures de gestion de l’eau : commissions locales de l’eau, comités de bassin). Leur périmètre devrait systématiquement respecter la logique de bassin hydrographique.
  • Le moins : L’objectif de retour à une gestion équilibrée de la ressource n’est pas respecté si les volumes de référence qui servent à dimensionner les prélèvements maximum autorisés sont surdimensionnés.

Ces situations de surdimensionnement ont été dénoncées très tôt et avec constance par la Coordination pour la défense du Marais poitevin. C’est un des éléments majeurs qui a motivé notre avis défavorable sur l’AUP du bassin du Marais poitevin dans les Commissions locales de l’eau, au conseil d’administration de l’Établissement Public pour la gestion de l’eau et de la biodiversité du Marais poitevin (EPMP), et lors de l’enquête publique.

L’anomalie que représente ce surdimensionnement a été relevée par la « mission Bisch », sachant que d’une façon ou d’une autre, c’est la marque de tous les projets picto-charentais.

C’est cet argument, quantifié, qui a été repris dans le recours contentieux de Nature Environnement 17 contre les AUP et qui explique, pour l’essentiel, leur annulation par le tribunal administratif de Poitiers.

Qu’en est-il du projet de réserves de substitution du bassin Sèvre niortaise et Mignon ?
Le constat de surdimensionnement a été également relevé par la mission spécifique sur le secteur « Sèvre-Mignon ». Celle-ci a proposé une réduction significative de ces volumes, ce qui a été pris en compte dans les discussions qui ont abouti au « protocole ». C’est une singularité qui, parmi ses autres caractéristiques, différencie aujourd’hui ce projet de tous les autres, et c’est l’une des raisons (pas la seule) qui ont motivé nos associations à accompagner, en toute vigilance, ce protocole.

Objectivement, ce protocole ne devrait pas être remis en cause car, précisément, il anticipe l’analyse à laquelle s’est livrée le tribunal, en se basant sur un volume de référence significativement réduit.

La décision du tribunal administratif concernant l’AUP ne remet évidemment pas en cause la démarche engagée qui initie l’éco-conditionnalité de l’accès à l’eau.

Il reste cependant à apprécier si la réduction des volumes d’environ 20% intégrée dans le protocole est conforme à la préconisation du tribunal : « les prélèvements autorisés seront plafonnés … à hauteur de la moyenne des prélèvements annuels effectivement réalisés sur chaque point de prélèvement. Cette moyenne sera calculée sur les dix campagnes précédentes … ». Un éventuel énième débat d’experts en perspective.

Que penser de la décision du Tribunal administratif ?

  • Une satisfaction : notre analyse de la question des volumes est validée puisque qu’après avoir été intégrée dans les constats de la « mission Bisch », elle a été reprise comme un point fort de la décision du tribunal. Elle crée ainsi une jurisprudence qui s’appliquerait sur tous les projets surdimensionnés. On pense par exemple, en plus du projet charentais, aux projets sur le bassin versant du Clain dans le département de la Vienne.
  • Une vigilance : la forme du communiqué du tribunal administratif de Poitiers, ayant inspiré des articles de presse, peut porter à amalgamer à tort les deux dossiers. Or, l’AUP du Marais poitevin est tout à fait atypique (voir ci-dessous).

Le cas particulier du bassin versant du Marais poitevin

  • Un plus, l’EPMP : ce territoire se trouve dans une configuration originale où la fonction « d’organisme unique » a été confiée par la loi à l’Établissement Public pour la gestion de l’eau et de la biodiversité du Marais poitevin (EPMP), présentant la double particularité d’associer dans ses missions les deux sujets eau et biodiversité, et de voir les associations de protection de la nature siéger en son conseil d’administration. Établissement public de l’État, cet organisme est unique en France. Sa création par la loi découle de la complexité de ce territoire, des jeux d’acteurs conflictuels qui s’y déploient, et de son histoire récente marquée par un contentieux ayant conduit à la condamnation de la France par la Cour de justice européenne.
  • Une AUP d’une durée moindre : en plus de la configuration particulière de l’organisme unique de gestion collective décrit ci-dessus, la durée de l’AUP est de 15 ans en Charente, contre 6 ans pour le Marais poitevin. Signée en juillet 2016, l’AUP du Marais poitevin devait être renouvelée le 31 décembre 2022 et un point d’étape devait être livré au 31 décembre 2019. En annulant l’AUP au 1er avril 2021, le tribunal accélère un processus qui était déjà enclenché sur ce territoire. Ce qui n’est pas le cas ailleurs.
  • Une fragilité : cet établissement public (EPMP) a des missions très multiples, couvrant un très vaste territoire, mais peu de moyens. De plus, il est en réalité attaqué de toutes parts car il perturbe l’organisation traditionnelle conçue par périmètre administratif, notamment départemental.

Un constat : la décision du tribunal administratif de Poitiers intervient alors qu’une démarche de réévaluation des volumes dits « prélevables » est engagée sur l’ensemble du bassin versant du Marais poitevin dans le cadre de la révision des SAGE. C’est ce qu’évoquait l’une des conclusions du communiqué de la Coordination pour la défense du Marais poitevin du 31 mars 2019 : « Si la décision de justice à venir pouvait accélérer le processus et convaincre les décideurs les plus hésitants, nous ne pourrions que nous en féliciter ».

Voir en ligne : Annulation des arrêtés [Site du Tribunal administratif de Poitiers]

Publié dans Actualité, Communiqués de presse | Commentaires fermés sur Annulation par le tribunal administratif de Poitiers de l’AUP sur le bassin versant du Marais poitevin : note DSNE/CDMP