Accueil > Communiqués de presse > « Bassines » des Autises : une manifestation et une nouvelle enquête (...)

« Bassines » des Autises : une manifestation et une nouvelle enquête publique

mardi 14 juillet 2009, par CDMP

« Bassines » des Autises : une manifestation et une nouvelle enquête publique

Le 13 juillet dernier, une centaine de « faucheurs volontaires » d’OGM ont manifesté sur le site de la réserve d’eau d’Oulmes pour dénoncer la culture du maïs irrigué. La Coordination pour la défense du Marais Poitevin comprend cette action et salue la maitrise dont ont fait preuve les organisateurs, qui ont su maintenir le caractère pacifique de leur manifestation dans un contexte extrêmement tendu.

La Coordination rappelle que le projet des retenues de substitution de l’Autise reste sous le coup d’une annulation par la justice et que l’exploitation de ces ouvrages n’est permise que par le fait d’autorisations temporaires contestables.

Ce système de réserves représente la plus mauvaise des solutions pour faire face à l’impératif de diminution de prélèvements d’eau d’irrigation en été. Cette solution est en effet fort couteuse en financement public, sans pour autant garantir l’équité de la disponibilité de l’eau à l’ensemble des exploitants. Cette solution présente également l’inconvénient de reposer sur la construction d’ouvrages pérennes alors que d’autres moyens (des mesures dites agro-environnementales) sont de nature à permettre une meilleure adaptation aux changements à venir sur le plan tant de la politique agricole que du changement climatique.

La manifestation des faucheurs volontaires apporte la preuve, s’il en était besoin, que ce projet ne bénéfice pas d’un consensus, à l’inverse de ce qu’affirment certains élus ; il soulève au contraire le questionnement, et suscite même parfois l’indignation parmi la population. L’enquête publique ouverte dans les mairies du secteur du 20 juillet au 20 août 2009 en vue de la régularisation administrative du projet annulé par le Tribunal administratif de Nantes, doit être l’occasion de remettre l’ensemble du dossier en discussion. La population est donc invitée à se saisir de cette occasion pour faire entendre son point de vue.